Thol

Cette partie du site est encore en cours de construction.
Vous souhaitez participer à l’élaboration de cette page, cliquez sur le bouton ci-dessous.

L‘école des enfants de troupe d’Autun

En juin 1943, l’école des enfants de troupe d’Autun rejoint le camp de Thol, après avoir été chassée de Valence par les allemands où elle s’était repliée depuis octobre 1940. À la rentrée d’octobre 1943, l’école compte  475 élèves âgés de 15 à 19 ans.

Les premiers contacts de quelques élèves des enfants de troupe de l’école d’Autun, avec la Résistance date de janvier 1944. Le recrutement de jeunes volontaires est alors organisé. Une organisation clandestine se met alors en place.

Subir est le dernier mot qu’adopte la jeunesse, car la jeunesse n’est pas l’âge du plaisir, mais celui des combats pour la justice et la liberté.

Stèle

Monument à la mémoire des enfants de troupe repliés à Neuville-sur-Ain sous l’occupation, et à ceux qui n’ont pas survécu.

Les fours communaux

L‘ancien réservoir d’eau

Fontaine

Le château de Thol et les Paladins de Thol

Le château est inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1927.

  • entre 2002 et 2013 les Paladins de Thol sortent le château de l’oubli une première fois.
  • juillet 2019 : acquisition du site par la famille Scart dans l’objectif de sauvegarder et transmettre ce patrimoine.
  • août 2019 : visite de l’architecte des Bâtiments de France.
  • 2020: étude couvrant l’architecture et l’archéologie du bâti par le cabinet d’architecture ALEP (relevé laser et photographique). Un projet de sauvegarde est défini (sécurisation des lieux, dé-végétalisation des ruines, reprise des hauts des murs et consolidation des fissures…).
  • octobre 2020 : réouverture du château au public pour certaines occasions comme la nuit des châteaux, les journées européennes de l’archéologie…
  • août 2021 : le Château de Thol fait partie des 100 nouveaux monuments auxquels le loto du patrimoine va venir en aide.

Le camp de Thol : les dates clés

  • A Thol, la construction du camp débute en 1939.
  • Dès 1941, il abrite le 10e bataillon de chasseurs à pied.
  • En 1942, il est occupé par des troupes italiennes.
  • En 1943, ce sont les enfants de troupes de l’Ecole d’Autun qui s’y installent.
  • De 1944 à 1948, des prisonniers allemands sont gardés au camp.
  • De 1948 à 1958 le camp est utilisé pour stocker du matériel de mobilisation et abrite un régiment de transmission.
  • De 1958 à 1962, ce sont des membres du F.L.N. (Front de Libération Nationale créé pour obtenir de la France l’indépendance de l’Algérie.)
  • De 1962 à 1965, ce sont les partisans de l’O.A.S. (Organisation Armée Secrète, partisans du maintien de l’Algérie française par la lutte armée) qui se retrouvent à Thol qui est mis à disposition du ministère de la justice.
    De 1965 à 1985, le camp revient au ministère des armées, il servira pour stocker du matériel sensible.
  • En 1985, le camp revient au ministère de la justice qui y installera quelques délinquants arrivant en fin de peine.
  • En 1993, l’arrivée de tziganes devant s’installer à Thol, est annoncée. La population manifeste son hostilité à ce projet qui sera finalement abandonné.
  • 1997, le camp est mis en vente par le ministère de la justice (vente à la bougie). La commune se porte acquéreur, le camp prend alors le nom de “Domaine de Thol”. Petit à petit divers travaux et aménagements sont effectués (théâtre, écomusée, bâtiment CEL, hangar tennis et boules, skate-parc, hangar pour les artisans…)
  • 2008, une partie du domaine est vendue à un promoteur qui construit des maisons accessibles à la propriété.
  • En 2010, le bureau de poste de Neuville-sur-Ain a fermé. Le centre de tri postal est construit au domaine de Thol et il ouvre en octobre 2013 et ferme 6 ans plus tard.
  • Des artisans se sont installés au domaine, ainsi que la bibliothèque. Les travaux de la salle polyvalente et du parc photovoltaïque devraient être terminés en 2022.

Graph au domaine de Thol

L’écomusée

Balade fleurie

Le Château de Thol

Place fortifiée du XIIIème siècle, le château de Thol a été le témoin des guerres delphino-savoyardes. Depuis 700 ans il veille sur la vallée de l’Ain. Sa forme carrée de 33 mètres de côté avec deux tours est un exemple typique de l’architecture militaire médiévale avec notamment ses archères et ses fenêtres trilobées.

Mentionné pour la première fois en 1330, il est très mystérieux. Qu’était-il ? Refuge pour les moines du prieuré d’Oussiat ? Simple « bâtie » ? Ancienne maison forte ? Ouvrage de défense ?

Il semble que le sol de la cour est sensiblement plus élevé que le sol d’origine. En effet des corbeaux apparaissent le long du mur intérieur Est. Ces pierres énormes sortant des murs devaient recevoir un plancher. Le sol de la cour serait donc au niveau d’un premier étage. Des fouilles archéologiques pourraient-elles révéler des restes préservés ? Pour l’heure le mystère reste entier.

Isabelle Scart propriétaire du Château